En entrant dans l'église de la Sainte Trinité

Publié le par Bernard

En entrant dans l’église, le visiteur voit nettement que l’édifice est désaxé puisque le chœur fait face à la porte d’entrée alors que l’autel de la Vierge à gauche, s’appuie sur la chapelle-sacristie érigée en 1494.

Ensuite, l’œil est bien entendu attiré par la belle charpente en forme de coque de vaisseau retourné habilement restaurée en 1975. En effet, avant cette date la charpente était cachée par un plafond en bois et une travée fictive avait été installée sur la droite, elle menait directement à l’autel de la Vierge.

2-3-charpente

La charpente de l'église - Collection particulière

 Les archives municipales permettent de savoir, plan à la clé dressé par Henri DEGRÉ architecte à Dijon qu’un projet de mise en harmonie du chœur avec la création de deux chapelles latérales symétriques et l’agrandissement du chœur étaient à l’ordre du jour en 1856. Par bonheur les travaux ne furent pas exécutés, la commune ne pouvant faire face à la dépense estimée par le devis à 6 000 francs de l’époque.

 De belles boiseries du XVIIIème siècle ornent le pourtour de la nef et de l’abside, elles ont été restaurées en 1975 et sont en harmonie avec la charpente.

 Cependant le regard reste attiré par le chœur en voûte d’arêtes* sur lequel repose le clocher (2 voûtes en berceau qui se coupent). Nous découvrons donc ici un beau chœur aux arcs romans en berceau brisé sur lesquels repose la voûte de chœur (cf. Arc clunisiens).

 [Note* : la voûte d’arêtes apparaît dès le début de l’art roman, elle donne plus de solidité à la construction. Plus tard on inventera la clé de coûte, on mettra des nervures, ce sera l’art ogival ou gothique.]

 A droite, une marque noire qui a été peinte lors du décès d’un Seigneur à une époque inconnue, c’est une Litre sans blason.

 2-2-litre

Le Choeur et la litre - Collection particulière

Au fond, l’abside en cul de four ferme le chœur avec harmonie, elle accueille le Maître-autel taillé en forme de tombeau en 1730, dans du calcaire rose venant de Premeaux,  dans le style Louis XIV On ne célèbre plus la messe sur cet autel top éloigné des fidèles, mais il est devenu « Autel du Saint Sacrement ».

Publié dans Eglise Sainte Trinité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article